Amphétamines pour couper la faim et supprimer la fatigue ? Une mise au point s’impose sur ces stimulants puissants.

Les amphétamines, qu’est-ce que c’est et à quoi ça ressemble ?

Les amphétamines (speed, ice ou cristal) sont des stimulants majeurs qui se présentent sous forme de comprimés ou de poudre. Très souvent mélangées avec d’autres produits, elles peuvent être administrées par voie orale, prisées ou même fumées.

Les doses d’amphétamines consommées par jour peuvent donc être très variables et sont fonction, entre autres, de la nature de la substance, de la voie d’administration utilisée et des habitudes de consommation de l’usager.

En général, le terme amphétamines désigne un groupe de molécules dont les effets pharmacologiques sont apparentés. Il inclut, entre autres substances, l’amphétamine, la méthamphétamine (deux fois plus puissante que l’amphétamine) et la MDMA (hallucinogène stimulant communément appelé ecstasy).


Les amphétamines sont des stimulants majeurs qui se présentent sous forme de comprimés ou de poudre.


Effets et dangers des amphétamines

Stimulants physiques, les amphétamines suppriment la fatigue et donnent l’illusion d’être invincible. Les effets durent plusieurs heures et s’apparentent à ceux de la cocaïne.

Leur consommation peut entraîner une altération de l’état général par la dénutrition et par l’éveil prolongé conduisant à un état d’épuisement, une grande nervosité et parfois, des troubles psychologiques (psychose, trouble paranoïde). On peut assister à l’apparition de problèmes cutanés importants (boutons, acné majeure). La descente peut être difficile, provoquer une crispation des mâchoires, des crises de tétanie, des crises d’angoisse, un état dépressif et comporter même parfois des risques suicidaires. Ces produits s’avèrent très dangereux en cas de dépression, de problèmes cardiovasculaires et d’épilepsie.

Sur le cerveau, les amphétamines provoquent des augmentations immédiates et importantes de dopamine et de sérotonine dans les synapse, suivies d’un épuisement des stocks de ces neuromédiateurs.

L’association avec de l’alcool ou d’autres substances psychoactives comme l’ecstasy (MDMA) accroît les risques découlant de la consommation d’amphétamines.


Les chiffres de notre réalité

Une enquête effectuée en 2000 auprès de 4 730 élèves du secondaire québécois révèle que 7 % d’entre eux ont consommé au moins une fois des amphétamines durant les douze derniers mois.
 
En 1998, 1,3 % des Québécois âgés de 15 ans et plus ont on sommé des amphétamines (incluant l’ecstasy) au cours de l’année précédente.
 
Selon une étude conduite en 2002 auprès de 210 répondants dans des party rave à Montréal, 73 % des personnes interrogées affirment avoir déjà consommé des amphétamines au cours de leur vie et 64,9 % au cours des trente derniers jours précédant l’enquête.
 
Une autre étude effectuée à Montréal chez les jeunes de la rue dévoile que 31 % d’entre eux ont consommé des amphétamines au cours de leur vie et que 8 % en ont fait l’usage dans les trente jours précédant l’enquête.

Que prévoit la loi ?

Les amphétamines sont inscrites à l’annexe III de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances.

La possession, le trafic, la possession en vue d’en faire le trafic, la production, l’importation et l’exportation sont illégaux.