Les émotions que procure le jeu sont très accrocheuses. Tout le monde aime gagner et il est démontré que le souvenir d’un gain reste plus présent à la mémoire que celui d’une perte.

La grande majorité des joueurs qui sont devenus des accros du jeu racontent d’ailleurs avoir connu une phase de gains au cours de leurs premières expériences à des jeux de hasard. Cette phase de gains, que le joueur interprète souvent à tort comme une preuve qu’il est chanceux ou qu’il
sait comment jouer, l’encourage à retourner au jeu. Toutefois, comme il s’adonne à une activité qui ne demande aucune forme d’habileté et dont l’espérance de gain est négative, il ne peut que perdre à long terme. C’est alors qu’il entre dans une phase de perte.

Durant cette phase, le joueur garde espoir que la
chance va tourner à nouveau. Il persiste donc à jouer. Il se dit que la prochaine fois sera la bonne. Il n’arrive pas à quitter le jeu dans une phase perdante. Souvent, les conséquences négatives de ses excès s’accumulent et le joueur ne voit de salut et de répit que dans le jeu. Le jeu est son problème, mais il l’utilise comme si c’était une solution…

Le joueur finit par atteindre une phase de désespoir car tout son univers s’est écroulé. Le joueur se retrouve isolé de sa famille, son entourage et son milieu de travail. C’est souvent dans ces moments difficiles qu’il mesure pleinement les conséquences du jeu sur sa vie et qu’il entreprend une démarche pour s’en sortir.

Voici les signes qui peuvent indiquer la présence d’un problème avec le jeu :

Etre préoccupé de manière constante par le jeu;
Avoir besoin de jouer avec des sommes d’argent croissantes pour atteindre l’état d’excitation désiré;
Faire des efforts répétés mais infructueux pour contrôler, réduire ou arrêter le jeu;
Etre agité ou irritable lors de tentatives de réduction ou d’arrêt de la pratique du jeu;
Jouer pour échapper aux difficultés de la vie ou à des humeurs indésirables;
Retourner, après avoir perdu aux sites de jeu pour essayer de se refaire (recouvrer ses pertes);
Mentir à sa famille et à ses relations pour dissimuler l’ampleur réelle de ses habitudes de jeu;
Commettre des actes illégaux (fraudes, falsifications, vols, détournements de fonds) pour financer la pratique du jeu;
Mettre en danger ou perdre une relation affective importante, un emploi, des possibilités d’études ou de carrière à cause du jeu;
Compter sur les autres pour obtenir de l’argent et se sortir de situation s désespérées à cause du jeu.