L’être humain a besoin d’exercer du contrôle sur sa vie. La survie de son espèce en dépend depuis son apparition sur Terre. À l’origine de son évolution, quand l’humain se retrouvait dans une situation perdante, il risquait la mort. Tous ses efforts se sont donc dirigés pour sortir gagnant des événements de la vie quotidienne. Grâce à son intelligence et au développement de ses habiletés, l’humain a surmonté de nombreux défis.

Il existe toutefois un élément de sa vie sur lequel l’humain n’a aucun pouvoir : le hasard. Là, l’habileté ne compte pas. Tous sont égaux.

Devant un jeu de hasard, le joueur utilise spontanément son intelligence qui lui est d’ordinaire si vitale. Il fait des observations afin de développer des stratégies pour améliorer ses prédictions et ainsi vaincre le hasard. Il finit par développer la conviction qu’il va bientôt gagner, qu’il ne peut pas perdre tout le temps. Il utilise son intelligence comme s’il faisait face à un jeu d’adresse. Mais tous ses efforts sont vains.
Le hasard ne laisse aucune place à l’adresse…

La compréhension évasive de la notion du hasard emprisonne le joueur dans sa conviction qu’il va bientôt gagner et son illusion qu’il peut contrôler le jeu. S’il vivait déjà des émotions fortes au moment de commencer à jouer, les difficultés associées à une pratique excessive du jeu contribuent à alimenter le cercle vicieux du retour perpétuel au jeu. Le joueur ne voit désormais que le jeu comme solution à ses problèmes… que la pratique du jeu ne fait qu'exacerber. Le joueur se retrouve dans un paradoxe.