pepe oyunlari helikopter oyunlari Porno HD Porno Porno Sex izle porn porno porno izle escort istanbul sex hd sex porno izle sex hikayeleri
Toxquebec - Toxquebec

Accueil Qui sommes-nous? Plan du site Contactez-nous
Ajouter ce site à vos favoris

Le 24 octobre 2013, Santé Canada a organisé une journée de réflexion consacrée à la problématique de la co-consommation des boissons énergisantes et de l’alcool. S’y sont retrouvés des intervenants de tous les horizons, dans le but de réfléchir à l’éducation et à la sensibilisation à la problématique du mélange alcool-boissons énergisantes. Source : Site Web d'Éduc'alcool, section Faits.

 
Questions Réponses

Retour     

Votre question :

Certains diront que la toxicomanie est une maladie et d'autres non. La toxicomanie fait-elle partie d'un problème de santé mentale et si oui pourquoi ? 

Moi-même, 36 - 45 ans, F
Mauricie


Notre réponse :
La toxicomanie est effectivement considérée comme un problème de santé mentale, car elle perturbe le fonctionnement de l’individu dans toutes les sphères de sa vie. D’autre part, certains la considèrent comme une maladie génétique (modèle des Alcooliques Anonymes, notamment), tandis que d’autres écoles de pensée y voient davantage un trouble comportemental ou situationnel, par exemple, qui pourrait donc être contrôlé par des interventions appropriées.

Toxquebec.com

Source(s) :
 - «Les psychotropes : Pharmacologie et toxicomanie» (2002), sous la direction de Louis Léonard et Mohamed Ben Amar, Les Presses de l’Université de Montréal.
- Ben Amar, Mohamed (2004). «La polyconsommation de psychotropes et les principales interactions pharmacologiques associées».
- Centre québécois de lutte aux dépendances (2006). «Drogues : savoir plus, risquer moins». 3e Édition. Montréal : CQLD.
Retour     


Vous avez une question ? Cliquez ici pour soumettre votre question



MISE EN GARDE : Les réponses apportées par Toxquebec.com sont tirées d'une base de connaissances générales qui ont fait consensus en matière de toxicomanie et de jeu pathologique. Elles ne peuvent, en aucun cas, tenir compte de toutes les dimensions des problématiques des individus qui nous écrivent. En conséquence, ces réponses demeurent partielles et ne peuvent être interprétées comme un diagnostic ni remplacer le recours à un professionnel de la santé.