Accueil Qui sommes-nous? Plan du site Contactez-nous
Ajouter ce site à vos favoris
En 2008, environ 27% des élèves du secondaire ont consommé du cannabis au moins une fois. Près de 8% des élèves ont fait usage de drogues hallucinogènes (LSD, PCP, MESS, champignons, acide, mescaline, ecstasy, buvard, etc.) et une proportion similaire (7%) a consommé des amphétamines (Speed, Upper).
Source : Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire, 2008
 
Questions Réponses

Retour     

Votre question :

Est-ce que les symptômes d'allergie au pollen ou autre herbage peuvent survenir lorsqu'on fume du pot? Est-ce que le fait d'avoir des allergies sévères nous rende plus vulnérables quand on fume du pot?

Sam, 36 - 45 ans, F
Rive-sud


Notre réponse :
Il est déconseillé de fumer (cigarette, cannabis ou autre) lorsque l’on souffre d’allergies sévères. Cela peut vous rendre plus vulnérable à des troubles respiratoires. Il se peut aussi que vous ayez une réaction allergique ou sensibilité à l’un des ingrédients du mélange de cannabis fumé, si vous avez des réactions allergiques en fumant du pot nous vous suggérons de cesser cette consommation.

Nous vous recommandons de prendre connaissance du chapitre sur le «cannabis» dans le livre : «Drogues : Savoir plus, risquer moins», sur notre site. 

Toxquebec.com

Source(s) :
 - «Les psychotropes : Pharmacologie et toxicomanie» (2002), sous la direction de Louis Léonard et Mohamed Ben Amar, Les Presses de l’Université de Montréal.
- Centre québécois de lutte aux dépendances (2006). «Drogues : savoir plus, risquer moins». 3e Édition. Montréal : CQLD.
Retour     


Vous avez une question ? Cliquez ici pour soumettre votre question



MISE EN GARDE : Les réponses apportées par Toxquebec.com sont tirées d'une base de connaissances générales qui ont fait consensus en matière de toxicomanie et de jeu pathologique. Elles ne peuvent, en aucun cas, tenir compte de toutes les dimensions des problématiques des individus qui nous écrivent. En conséquence, ces réponses demeurent partielles et ne peuvent être interprétées comme un diagnostic ni remplacer le recours à un professionnel de la santé.