Accueil Qui sommes-nous? Plan du site Contactez-nous
Ajouter ce site à vos favoris
En 2008, la part de marché du commerce illicite du tabac au Canada s’élevait à 32,7 %, contre 22 % l’année précédente.
Source : GRC, Rapport sur la stratégie de lutte contre le tabac de contrebande, 2009
 
Questions Réponses

Retour     

Votre question :

Je suis une femme de 18 ans qui consomme de temps à autre des drogues de synthèse tel que l'ecstasy. Les deux dernières fois que j'en ai consommé, j'ai observé des plaques rouges de différente grosseur uniquement dans mon visage qui sont apparues quelques temps avoir pris le comprimé. Les deux comprimés venaient de 2 vendeurs différents et ce n'était pas la même sorte de pilule. Je n'ai pas de démangeaison. Je prends du Syntroïd depuis 5 ans. Je n'ai pas d'allergie connue. Les plaques durent un jour maximum. Je ne sais pas c'est quoi. Pouvez -vous m'éclairer à ce sujet ? Est-ce que je peux mal réagir au MDMA? La coupe ?

Valerie, 18 - 25 ans, F
Lachine


Notre réponse :
Il se peut effectivement que vous ayez eu une réaction à l’un des éléments contenus dans ces comprimés. Il faut savoir que différentes substances peuvent être vendues sur le marché noir sous l’appellation MDMA, et que ces comprimés peuvent contenir ou pas du vrai MDMA ainsi que différentes autres substances ou édulcorants. Il est donc très difficile de savoir ce que vous consommez réellement et à quelle substance vous avez pu avoir une réaction adverse. La prudence est donc de mise, surtout dans la consommation de drogues dont vous ignorez la provenance et la composition. 

Toxquebec.com

Source(s) :
- «Les psychotropes : Pharmacologie et toxicomanie» (2002), sous la direction de Louis Léonard et Mohamed Ben Amar, Les Presses de l’Université de Montréal.
- Centre québécois de lutte aux dépendances (2006). «Drogues : savoir plus, risquer moins». 3e Édition. Montréal : CQLD.
Retour     


Vous avez une question ? Cliquez ici pour soumettre votre question



MISE EN GARDE : Les réponses apportées par Toxquebec.com sont tirées d'une base de connaissances générales qui ont fait consensus en matière de toxicomanie et de jeu pathologique. Elles ne peuvent, en aucun cas, tenir compte de toutes les dimensions des problématiques des individus qui nous écrivent. En conséquence, ces réponses demeurent partielles et ne peuvent être interprétées comme un diagnostic ni remplacer le recours à un professionnel de la santé.