Notice: Undefined index: HTTP_ACCEPT_LANGUAGE in /var/www/vhosts/toxquebec.com/httpdocs/mambots/system/jfdatabase.systembot.php on line 115
Toxquebec - Toxquebec

Entre 2002 et 2008, une diminution est observée, tant dans la proportion de joueurs occasionnels (de 43 % à 31 %) que dans celle des joueurs habituels (de 8% à 6%).
Source : Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire, 2008
 
Questions Réponses

Retour     

Votre question :

Accro. aux speeds depuis maintenant 15 ans (10 à 15 par semaine) je me considère très chanceux car je n'ai jamais eu aucun malaise ou surdose. Il n'y a que mes dents qui en ont souffert à cause des tics de mâchoires. Je voudrais savoir si je suis normal ou est-ce les autres qui sont malchanceux? Je travaille, j'ai une vie sociale et zéro probleme santé. Mais j'suis accro. Peut-on vivre normalement pendant des années en prenant du speed?

Cheech81, 36 - 45 ans, H
Montréal


Notre réponse :
Il est rare de ne pas vivre de conséquences adverses d’une dépendance prolongée aux amphétamines. Il faudrait faire un bilan réel et objectif des effets de votre consommation sur votre fonctionnement -vous pouvez ne pas être conscient de certaines conséquences sur fonctionnement, votre santé, votre humeur ou votre cerveau. Si la consommation d’amphétamines est nécessaire à pouvoir fonctionner dans votre quotidien, il serait difficile de considérer que cela représente «vivre normalement», les symptômes de sevrage en l’absence de la substance sont certainement un effet néfaste à ne pas minimiser.
 
Nous vous encourageons à consulter un intervenant en toxicomanie dans un «centre de réadaptation» afin de faire un bilan de votre consommation.



Toxquebec.com
 
Source :
- Ben Amar, M. et Léonard, L. (2002) Psychotropes pharmacologie et toxicomanie. Montréal Presses de l’Université de Montréal.
Retour     


Vous avez une question ? Cliquez ici pour soumettre votre question



MISE EN GARDE : Les réponses apportées par Toxquebec.com sont tirées d'une base de connaissances générales qui ont fait consensus en matière de toxicomanie et de jeu pathologique. Elles ne peuvent, en aucun cas, tenir compte de toutes les dimensions des problématiques des individus qui nous écrivent. En conséquence, ces réponses demeurent partielles et ne peuvent être interprétées comme un diagnostic ni remplacer le recours à un professionnel de la santé.


 

Conception & réalisation du site par HPJ