PDA

Voir la version complète : comment faire...



juma
15/10/2007, 22h10
j'ai avec mon conjoint 2 beaux enfants qui sont encore tout petit. Mon conjoint est alcoolique, il a fait 2 thérapie dans le passée (le 1ere il y 5 ans et la 2e il y a 1 an). Chaque fois c'est la même chose, il rechute environ 3 mois plus tard et ne fait rien pour aller chercher de l'aide. Depuis 5 mois c'est l'enfer dans notre maison (surtout notre couple), rien ne va bien sauf ma relation avec mes 2 enfants que j'adorent et que je veux protéger. Il se dit toujours qu'il va cesser de boire mais au bout de 1-2 semaines c'est la fin, il recommence et nous sommes 2-3 jours sans le voir. J'aimerais tellement savoir quoi faire, comment lui faire comprendre que ce n'est pas une vie pour moi et les enfants. Je me sens même coupable quand je pense à le quitter car je ne veux pas causer de peine à mes enfants mais je crois sincèrement que ce serait la meilleure chose pour nous. Est ce que quelqu'un aurait des conseils ou des trucs
à me donner pour le comprendre...
J'ai toujous l'impression de revenir à la case départ avec lui.

moderato
16/10/2007, 10h17
Bonjour, Quand votre conjoint a fait ses thérapies, y avait-il un Programme d'aide pour l'entourage? Si oui l'avez-vous fait? Sinon, vous pourriez faire cette démarche. La Maison Jean Lapointe offre ce programme aux 15 jours, sous forme de fin de semaine. Informez-vous. Et je vous re-copie une réponse à un question de ce genre affichée sur le site de Toxquebec dans la section Questions et réponses :


Il y a peu à faire pour aider quelqu’un à se sortir d’un problème de consommation si lui-même n’est pas motivé à aller chercher de l’aide, et les proches sont le plus souvent impuissants face à ce problème. Tout ce qu’un proche peut faire est de lui partager son inquiétude face à sa consommation, et surtout, ne pas faciliter son problème (par exemple, en cachant son problème à l’entourage ou en lui prêtant de l’argent). Un toxicomane a souvent besoin de vivre des pertes et de faire face aux conséquences néfastes de sa consommation avant de devenir motivé à chercher de l’aide, que ce soit perte d’emploi ou de relations. Mais la décision de s’en sortir dépend de lui seul. Vous pouvez l’encourager cependant à chercher de l’aide professionnelle dans un centre de réadaptation, de joindre un groupe d’entraide, ou d’en parler à un médecin ou à un thérapeute. Vous pouvez même offrir de l’accompagner, ou lui donner des références de ressources d’aide (voir notre section «Ressources»).

Si vous vivez de la détresse face à la consommation d’un proche, le mieux à faire est d’abord et avant tout d’aller chercher de l’aide pour vous-même, de nombreux centres de réadaptation offrent des services d’aide, information et soutien pour la famille. Cela peut apporter soutien et conseils et aider à définir comment réagir face au problème. Il existe également des groupes de soutien (comme Nar-Anon) pour proches de toxicomanes (voir également «Ressources»).

Bonne chance !

Toxquebec.com