PDA

Voir la version complète : Conjoint d'un cocainoman qui voudrait comprendre



suzanna
21/06/2008, 11h02
Depuis 3 semaines ma vie c'est écrouler. Mon conjoint ma avouer qu'il avait un gros problème de consommation de cocaine depuis au moins 4 ans et qu'il était au bout du rouleau. Comment je dois réagir? Au début, je me suis mis à comprendre pourquoi il agissait de telle ou telle façon. Je croyais que le soir, il s'ennuyait en ma compagnie et c'est pour celà qu'il devait toujours aller faire son tour. Des indices ils y en avaient mais moi j'étais pris dans le tourbillon de la vie de famille et des enfants et je n'y fesait pas vraiment attention. Il avait une consommation un peu spéciale. Le plus souvent seul et tout faire pour que je me rendre compte de rien. Cachette par- dessus cachette. Maintenant la compréhension fait place à la colère. Pourquoi avoir agit ainsi? Avoir entendu d'être sur le bord de créver pour m'en parler? Moi je ne connais rien au drogue, j'ai bien de la difficulter à comprendre cette maudite DÉPENDANCE. Je suis présentement enceinte de notre quatrième enfant et je me demande si je vais passer à travers ou si j'ai juste le goût de le foutre là pour m'avoir mentit aussi longtemps. Aidez-moi à comprendre.

moderato
23/06/2008, 10h36
Pourquoi avoir agi ainsi?
Un personne commence à consommer une drogue, habituellement dans un but récréatif ou social. Voir le lien http://www.toxquebec.com/livre_drogues2/10-cocaine.htm pour les effets de la cocaïne. Il faudrait toutefois demander à votre mari les raisons qui l'on poussé à essayer la coaïne. Malheureusement cet usage récréatif peut se transformer en dépendance et là, le consommateur ne peut plus s'arrêter de consommer sans éprouver une souffrance physique ou psychologique. Il se met alors à prendre des drogues non plus pour son seul plaisir mais pour échapper à la douleur que lui provoque le manque. Le piège s'est refermé.

Pourquoi avoir attendu avant d'en parler?
Devenir dépendant d'une drogue peut provoquer un sentiment de honte chez l'individu, il préférera se croire en contrôle et admettra difficilement son problème de consommation. La personne dépendante craindra encore plus la réaction de son entourage. Il lui faudra beaucoup de courage pour l'avouer publiquement.

Que faire?
Votre conjoint s'est déjà ouvert à vous, c'est un premier pas de franchi (celui qui coûte), il faut maintenant aller chercher de l'aide. Allez voir notre section ressource http://www.toxquebec.com/ressources/alcoolisme-toxicomanie.html pour trouver des centre de traitement ou des groupes d'entreaide (comme cocainomanes anonymes). Il existe également des ressources pour aider la famille et les proches qui vivent avec des personnes souffrant de dépendance, comme la maison Jean Lapointe http://www.maisonjeanlapointe.com/ ou (http://www.maisonjeanlapointe.com/%20ou) le centre La Passage http://www.centrelepassage.org/accueil.php

bonne chance!

suzanna
24/06/2008, 11h05
Merci beaucoup de votre réponse. Après avoir discuté avec lui vous m'avez répondu exactement les mêmes choses que lui sans nous connaitre. La honte, la peur que je le quitte l'on porter à dissumuler son secret. On voit que vous connaissez votre affaire. Pour l'instant vous êtes ma thérapie, ma ressource.

Il croit qu'il n'a pas besoin d'intervenant pour s'en sortir, mon aide semble suffire. Pensez-vous que c'est réaliste? Toutes ses soirées de consommation, il doit maintenant les transformer en soirée routinière qui sont des fois un peu plates. Il me semble que se ne doit pas être facile. Je dois avouer que la dépendance psychologique m'inquiète beaucoup plus que la dépendance physique.
Son mode de consommation était si bizarre. Se géler et attendre de dégeler pour rentrer. Tout faire pour ne pas que personne sans apperçoive. Au moins si ça aurait été pour tripper je pense que j'aurai peut-être plus de facilité à comprendre.

P.S Party de la St-Jean sans consommation réussi pour lui.

moderato
25/06/2008, 10h05
Bonjour Suzanna

Vous me demandiez s'il était réaliste pour votre conjoint d'arrêter la cocaïne sans aide autre que la vôtre.

Ma réponse est que c'est peu réaliste. Souvenez-vous que sans aide vous vous mettez beaucoup de pression sur les épaules, vous devrez probablement jouer deux rôles: celui du gentil qui doit supporter et encourager votre mari dans sa démarche et celui du méchant policier qui devra le surveiller et s'assurer qu'il ne rechute pas. Tenez-vous réellement à tenir ce fardeau seule?

Souvenez-vous qu'il existe plusieurs types d'aide. Si les centres de désintoxication n'attirent pas votre mari, il peut aller à des réunions des cocainomanes anonymes http://www.toxquebec.com/ressources/entraide-cocaine.html pour échanger avec des gens qui partagent son problème. Il existe aussi de l'aide téléphonique http://www.toxquebec.com/ressources/aide-au-telephone.html

À propos des soirées routinières qui paraissent plates, souvenez-vous que les drogues stimulent chimiquement certaines zones du cerveau associées au plaisir. Une fois cette stimulation terminée il se peut que l'ex-toxicomane trouve la vie un peu plus fade, mais il peut retrouver goût aux autres plaisirs de la vie. Pour faciliter les choses, amusez-vous un peu! Faites des folies, sortez un peu! Il faut simplement éviter les activités associées à sa consommation pour éviter les rechutes.

Pete
26/06/2008, 02h15
Salut à vous,je suis un cocainomane abstinent, la réponse courte à votre question pour moi c'est non, sans aide je n'y suis pas arrivé. D'ailleurs sur les dernières années de mon actif c'est ça que je disait à ma blonde; je suis capable tout seul je n'ai pas besoin d'aide, en partie j' y croyais, mais d'un autre côté je disais ça pour que le sujet se referme. Peut-être que ça ne s'applique pas à votre cas, mais c'est comme ça que ça s'est passé pour moi. Bonne chance.

une fois c'est trop
mille fois ce n'est pas assez !

abeille17
26/06/2008, 14h42
Bonjour à toi Suzanna
Et bien mes quelques mots d'encouragement te permetteront peut être de te consoler. Tu n'es pas seule...je suis dans la même situation que toi.
Je te considère chanceuse qu'il te l'ai avoué par lui-même car c'est encore plus difficile de le découvrir.
Mensonges, trahison, manipulation, colère, imconpréhension, culpabilité, sont des mots qui représente ce que je peux vivre chaque jours depuis que je connais son secret.
Si tu le souhaites, nous pourrions peut être échanger, qui sait peut être pourrons nous nous "soutenir" de façon virtuelle...
Bon courage

suzanna
26/06/2008, 21h11
Merci de vos commentaires celà me fait du bien. Pour se qui est de demander de l'aide c'est bien difficile ici. Nous sommes dans un petit village et laisser moi vous dire qu'il y a beaucoup plus de drogue que d'aide. Ma seule thérapie présentement c'est internet. En plus, je dois avoir l'air forte parce que la minute que je déprime il déprime avec moi. Des fois je me dis ça aurait peut-être été mieux que je ne le sache pas, ça ferait moins mal....Je m'étais habituer à passer mes soirées seule et maintenant je dois les passer en tête à tête avec l'homme qui m'a trahit pendant 4 ans. Petite vie !!!!!!

A Pete j'aimerai savoir qu'est-ce qui te poussais à consommer?
Tu sembles avoir été en couple pendant ces années de consommation, pensais-tu à ta blonde et ta famille que tu consommais? Moi je me dis qu' il ne devait pas penser à nous ben ben. S'il y aurait penser un peu, il aurait arrêté avant j'imagine. Des fois je me dis est-ce que ça vaut la peine de pardonner??? J'essais encore de comprendre....

Pete
27/06/2008, 21h29
Salut suzanna,

A Pete j'aimerai savoir qu'est-ce qui te poussais à consommer?

Vaste question, je vais tenter d'y répondre; au début j'ai consommé pour essayer, ensuite pour me désennuyer, pour me sentir plus cool, plus intelligent, parceque ça faisait disparaitre mes complexes: lorsque j'étais sur la cocaine ça me faisait grandire de 6 pouces, parceque ça me faisait du bien,parcequ'il faisait beau, parcequ'il pleuvait, tout était prétexte à consommer. Mais la pricipale raison c'est que j'aimais ça être gelé.

Ensuite je consommais parceque, je ne voulais pas être en manque, les obssesions de consommer c'est très forts et ça fait mal.

Donc les premières années, je me suis gelé pour me sentir mieux et ensuite j'ai continué à me défoncer pour ne plus sentir le mal, je me gelais pour, oublier que je me gelais !!!

Tu sembles avoir été en couple pendant ces années de consommation, pensais-tu à ta blonde et ta famille que tu consommais?

Oui je pensais à elle et à mon fils, mais ça ne m'empêchais pas d'y retourner à chaque fois que l'occasion se présentait, ma maladie était bien plus forte que le lien avec ma compagne et mon fils. Je ne suis pas fier de cela, mais à l'époque c'etait ça ma réalité. Aujourd'hui, c'est une toute autre histoire; mes enfants j'en prends soin, ma conjointe aussi.

Ça me fait plaisir de répondre à tes questions à propos de ma période active de consommation, mais pour les autres questions que tu te poses à propos de ton conjoint je ne suis pas en mesure de t'aider.

Je veux te dire que je te parle en mon nom, ce que je raconte s'applique à moi, mais ça ne s'applique pas nécessairement aux autres.

A+

Une fois c'est trop
Mille fois pas assez

angeloffire25
09/07/2008, 21h30
bonjour suzanna...je me relis a travers toi il y a de ca presque 1ans....il y a 1 an mon chum mavouait son immmense probleme de dependance a la cocaine....je lui en ai voulu de nous avoir endetté de plusieurs milleirs de dollar et surtout de mavoir menti pendant toute ces années......

il est finalament entré en therapie dure pendant 6mois 3semaines apres tout mavoir avouer...il est entré par lui meme personne ne la forcé..il a decidé seul....il est heruesement sorti au mois de mars...le 6 plus precisement...et 5 jours apres il rechutait....mais le montant etais pire quavant la therapie...avant on parlais de 500$ et apres sa sortie on parlais de montant entrant ds les 4 chiffres a la fois....apres plusieurs rechutes ainsi,une surdose de cocaine ou je lai toruvé alletant,ayany de la misere a respirer et tout je lai entré durgence a lhopital....2 fois ainsi.....et ce nest quil y a presdque 6 semaines maintenant quil a decidé de sen sortir...enfin...donc ca fait 6 semaines quil na rien pris mais il reste presentement accroché a la biere sans se saouler au moins .....je suis enceinte de notre 3e enfant et je vous jure que jen passe des mauvais quart dheure...on a perdu notre logement hier jai 3 semaines pour trouver une place car il a pas payé le loyer depuis 3 mois ayant perdu sa job il y a 2mois et ayant cconsomemr son 4% entierement une des dernieres fois quil a consommé...

aujourdhui comble du malheur il a appris la mort dun de ses meilleurs amis de therapie et il le prend tres tres personnel...

pour te dire que chaque histoire se ressemble mais moi aussi je tente de comprendre..meme apres 1 ans je ne dort pas tranquille...il va au depanneur pendant 5minutes et je me demande si je le verrai ce soir ou seulement ds 2 jours ou encore sil va me telephoner dune cahmbre de motel pour me dire daller le sauver....je sais,en parlant avec mon conjoint,quil ne fait plus de coke pour le plaisir depuis immensément longtemps....il le fait car il en a besoin.....c ^plus fort que lui...il le fait pour retrouver le plaisir de la premiere fois meme si il le sais quil naurais jamais le meme feeling...il peut aussi le faire pour se sentir bien car sur la coke appramment on se fou de tout...plus rien ne nous atteint......cest en parlant a mon conjoint souvent quil me parle de ce que ca lui fait...de ce quil ressent...je coprends un peu plus mais je ne peux miaginer le calvaire quil vit....je vit encore ds la peur,ds lanxieté....

pour linstant tu ne peux laider tant et aussi lngtemps quil ne voudras pas se faire aider...on ne peut pas le forcer...

voila mon histoire..e.t sache que nos histoires sont se ressemblent et que yen a dautres en qqpart qui vit la meem chose que nous...pour linstant un conseil...avec un toxicomane on vit 24herures a la fois...

julie alias angeloffire24 enceinte de bb3 de 23semaines
copnjointe dun cocainomane depuis 10ans

suzanna
08/08/2008, 14h04
Bonjour à vous, période très difficile en ce moment. Mon conjoint semble très déprimé. Il sent qu'il n'a plus le contrôle de sa vie, qu'il ne sent plus sa place avec nous ici, que je lui pardonnerai jamais et qu'il a l'impression de perdre son temps en restant avec nous. Bref c'est très déprimant. Je trouve que le pardon est très difficile et même qu'il ne sera jamais possible... Quelque chose est brisée et il faut apprendre à vivre avec. Lui voudrait que j'oublie mais je pense que c'est au- dessus de mes forces. Tous semble de ma faute. Je n'aurais qu'à oublier et tout serait correct. Quelle épreuve pour une maman enceinte de son quatrième enfant. Je dois penser à moi et au bébé dans tout ça. Est-ce une depression ex-cocainoman?
Je crois que l'heure de la thérapie a sonnée.

moderato
11/08/2008, 10h52
Bonjour Suzanna

Un ex-toxicomane peut effectivement être déprimé dureant sa période de réhabilitation. Il doit retrouver le moyen de vivre sa vie sans la drogue. C'est difficile.

Vous parliez de thérapie, c'est une bonne idée: le fait de vivre avec un proche qui se réhabilite de la drogue représente un poids immense. Vous n'êtes pas oubligée de le porter seule, surtout que vous devez déjà vous occuper de vos enfants et de votre grossesse.

Gardez courage

moderato