PDA

Voir la version complète : Joueur compulsif à un seul jeu !!!!!!!!



Raoul
29/09/2010, 02h48
J'ai fait quelques essais concluants. Je suis joueur compulsif à un seul jeu offert sur les appareils de loterie vidéo. Je suis accro à un seul jeu : les 7 frimés. C'est ce jeu où on obtient 5 parties gratuites où les "7" sont frimés, chaque fois qu'on obtient cinq "7", peu importe leur alignement. Je m'abstiens facilement des autres jeux.

Si ce jeu n'était plus offert, je n'aurais plus de compulsion. J'y vois la preuve que ce jeu est pour moi une cause, sinon la cause, de ma pathologie. Les autres jeux ne m'intéressent pas. Ils n'ont aucune emprise sur moi. C'est une dépendance très, très pointue.

Je n'ai pas de dépendance généralisée au jeu. J'ai une dépendance maladive à un seul jeu. Pourtant, je sais que tous les jeux offerts sur les appareils de loterie vidéo ont sensiblement la même structure et le même fonctionnement.

Il s'est passé quelque chose entre ce jeu et moi qui a fait de moi un joueur compulsif à ce jeu.

Quand je pense à ce jeu lors d'un craving, mon ressenti prime sur mes connaissances. Le sensorimoteur joue un grand rôle dans ma dépendance. J'ai ce jeu dans la peau... C'est totalement affectif. C'est très puissant et insensé. C'est fusionnel. Je dois renoncer à ce ressenti pour m'abstenir de ce jeu. Je n'y parviens pas sans me mettre des barrières.

C'est de l'hypnose pire qu'une hypnose par suggestion ; c'est de l'hypnose par présentation du cadre (*) hypnotique. Quand ce cadre est accueilli inconditionnellement (**), il finit par donner au joueur une perception de ce jeu qui correspond à la présentation biaisée que l'appareil fait de ce jeu. Ne faisant pas appel à l'imagination, cette forme d'hypnose court-circuite les principes moraux du sujet. Cette perception peut devenir permanente. Elle peut obséder et pousser l'usager à rejouer.

Bon 24 !
Raoul
* pour saisir la notion de cadres :
http://www.aph-metaphore.com.fr/brut/bcadre.html et
http://www.aph-metaphore.com.fr/oframe/ocaethy.html
** Les AEJ utilisent la synchronisation pour accroître la réceptivité de l'usager. J'ai écrit deux billets sur la sychronisation sur le site jeu-compulsif.info d'Alain Dubois.

Raoul
30/09/2010, 02h59
Ce n'est pas ce que nous savons d'un jeu qui nous y accroche ; c'est ce que nous ressentons lorsque nous y jouons et le souvenir que nous gardons de cette expérience. C'est une question de "feeling".

Nous ne ressentons pas une moyenne ni une addition. Nous ressentons chaque évènement. Même si l'addition des légères pressions exercées lors de mille caresses équivaut à la pression exercée lors d'un coup de poing, nous ne ressentons pas mille caresses comme un coup de poing.

Nous ne ressentons pas mille petites pertes comme un désastre financier. C'est dommage, car mille petites pertes peuvent causer un désastre financier.

Nos "feelings" ne sont pas toujours fiables.

Les appareils de jeux exploitent ça au max. Ils soulignent les gains et ils occultent autant que possible les pertes. De plus, la répartition des rôles qu'ils imposent (le joueur mise/dépense et le jeu récompense) incite le joueur à s'attribuer les pertes et à attribuer au jeu les gains.

Jouer à ces jeux, c'est accepter de jouer à des jeux qui manipulent et font perdre plus qu'ils font gagner. Il n'existe pas de façon raisonnable de commettre une folie. Une folie peut être divertissante, mais gare! aux conséquences.

Bon 24 !
Raoul
ps. J'ai repris mes meetings GA. J'ai déjà réussi 3½ années d'abstinence en utilisant des barrières et ces meetings. Ces meetings me donnent des "feelings" différents envers le jeu.

Raoul
30/09/2010, 18h05
J'ai essayé plusieurs jeux de la loterie vidéo, mais un seul m'a accroché. Pourquoi?

- Parce que c'est le seul jeu dont j'ai aimé le dosage jeu pingre/jeu généreux *. Je trouvais le jeu pingre trop pingre aux autres jeux ou je n'aimais pas leur graphisme.

* J'utilise l'expression jeu généreux pour les parties gratuites avec frimes ou bonis

Je misais toujours sur toutes les lignes car je trouvais trop frustrant de voir apparaître un gain significatif sur une ligne que je n'avais pas misée. Pourtant, je savais que je n'augmentais pas mes chances de gagner en misant sur plusieurs lignes. Je savais, par contre, que ces mises superflues augmentaient la générosité du jeu généreux.

Remarque
Je ne fais pas de publicité pour ce jeu. Je considère au contraire ce jeu comme le plus dangereux pour moi, puisqu'il m'a accroché.

Pourquoi suis-je devenu accro ?

Je n'aime pas me sentir frustré. Je jouais pour me distraire et m'amuser ; je ne jouais pas pour me frustrer.

Comme le jeu attire constamment l'attention sur les gains et sur les gains possibles, il m'était facile d'espérer un ou plusieurs gains. J'évitais de juger ma session de jeu avant de l'avoir terminée. Il m'était déjà arrivé de perdre un bon montant et de ressortir gagnant. Je gardais un petit peu d'espoir tant que je pouvais jouer.

À la fin de ma session, je n'avais plus le choix. Je devais faire face à la musique : j'avais gaspillé tout cet argent. Je me blâmais d'avoir autant gaspillé, sans en blâmer le jeu et sans me blâmer d'avoir reporté mon jugement jusqu'à la fin de ma session. Ce blâme n'apportait aucun correctif : j'aimais encore ce jeu et je continuais à ne pas juger mes sessions de jeu avant de les terminer. Mon blâme me faisait souffrir sans rien corriger.

Bon 24 !
Raoul
ps. J'ai ce qu'il faut pour évaluer une session de jeu avant de la commencer. http://www.cmathematique.com/cgi-bin/index.cgi?page=contenu0_122_32 (http://www.cmathematique.com/cgi-bin/index.cgi?page=contenu0_122_32) La raison dit de ne pas jouer à un tel jeu désavantageux.
Si je n'écoute pas la raison, je fais mieux de mettre des limites très solides à ma déraison.
La limite la plus importante qu'un joueur doit se fixer est celle à ses pertes cumulatives. Une perte excessive peut être encourue en une ou plusieurs sessions.
Éradiquons le jeu excessif

Raoul
03/10/2010, 02h45
que je ne veux plus vivre, quitte à garder mes barrières et à faire du meeting GA jusqu'à la fin de mes jours. Aucune autre thérapie n'a fonctionné pour moi.

Bon 24 !
Raoul
Éradiquons le jeu compulsif

ps. Je n'ai pas rejoué depuis mon dernier meeting que j'ai trouvé très agréable. GA fonctionne encore pour moi.:)

marie-rose
04/10/2010, 19h44
J'ai beaucoup aimé GA,
ils m'ont vraiment aidée.
Même s'il y a aussi un travail personnel à faire, c'est certain,
la force du groupe, les témoignages, l'amitié des gens.

Parfois, je me sentais étrangère, différente...
mais ça,
...ça fait partie de ma vie.

GA est un bon outil.

l'important, c'est de ne pas y retourcher, à mon avis.
sous aucun prétexte.

Bon 24!

Marie-Rose

J'allais au groupe ND-du Rosaire, à l'Immaculée,
aussi celui dans le Vieux-Montréal, à Jean-Lapointe,
et parfois, plus rarement, à Rosemont.

Raoul
05/10/2010, 03h40
Ga m'aide à prendre du recul par rapport au jeu. Sans ce recul, il m'est difficile de conserver une perception "réaliste et émotive" correcte du jeu (*).

(*) http://cqfd.teluq.uquebec.ca/distances/D5_1_g.pdf

Je m'aperçois que je fais souvent la même erreur envers des personnes, envers moi-même et envers des évènements. Je me concentre souvent sur un aspect et j'oublie de prendre le recul qui me permet une perception globale, plus réaliste. Je peux aussi me concentrer sur un défaut ou sur une qualité. Je reste alors collé avec une perception émotive biaisée, tronquée, incomplète, irréaliste.

Les appareils de jeux montrent un seul côté du jeu. Dans GA nous rencontrons les victimes, les éclopés ; nous percevons l'autre côté, le côté hideux du jeu. Nous rencontrons aussi des gens en rétablissement, des gens heureux de ne plus jouer.

Vous vivez encore avec les conséquences perverses du jeu. C'est comme faire beaucoup de meetings. Lorsque vous serez libérée de vos dettes, vous ressentirez, peut-être, le besoin de refaire occasionnellement du meeting. Je vous le souhaite. C'est plus facile de faire un meeting par semaine que de garder un souvenir trop vif et obsédant de nos traumatismes.

Bon 24 !
Raoul
ps. Vous voyez? j'ai encore fait mon erreur dans mon dernier paragraphe : j'ai oublié les bienfaits de rencontrer des gens heureux de ne plus jouer.

marie-rose
06/10/2010, 19h14
[QUOTE=Raoul]

Vous vivez encore avec les conséquences perverses du jeu. C'est comme faire beaucoup de meetings. Lorsque vous serez libérée de vos dettes, vous ressentirez, peut-être, le besoin de refaire occasionnellement du meeting. Je vous le souhaite. C'est plus facile de faire un meeting par semaine que de garder un souvenir trop vif et obsédant de nos traumatismes.
QUOTE]

Bonjour Raoul, merci de me faire penser à cette éventualité. J'espère oui, avoir un jour terminé de rembourser Visa. Et ne jamais retomber dans cet enfer.


Je me demandais, ...si l'occasion se présente, pourriez-vous parler de ce forum à des amis GA? Leur écrire l'adresse? Me semble qu'il sera intéressant d'avoir deux ou trois participants de plus... Moi, ce forum m'aide beaucoup. Réfléchir, avoir de nouvelles pistes, écrire, tout ça est thérapeutique et encourageant.

bon 24!

Marie-Rose

Raoul
07/10/2010, 05h32
que pensez-vous du texte dont je vous ai donné le lien ? Avez-vous compris comment le jeu excessif à un jeu s'apprend en jouant à ce jeu ?

Voyez-vous dans la recherche de la fluidité une explication possible de la compulsion à ce jeu ?

Avant de lire ce texte, je sous-estimais l'importance des émotions. Comme le coeur dans la pomme...

Raoul
ps. Notre forum est un forum de discussions. La discussion n'est pas le style de GA.

marie-rose
07/10/2010, 08h01
Raoul,

oui, c'est intéressant ce texte, mais je dois le relire, plus lentement et à tête reposée, c'est assez touffu.

Il y a oui, l'apprentissage, la recherche de la fluidité,
mais aussi le confort de l'habitude, la facilité, la sécurité, le plaisir de retrouver
des sentiers connus. Quand j'essayais un nouveau jeu, c'était le goût de la nouveauté, mais je suis devenue rapidement accro à 4 ou 5 jeux ( en y rejouant souvant, jusqu'à ce que je les ais appris).

Les émotions me définissent, bien plus que mes idées.

je vous souhaite un bon 24 fluide!;)



Marie-Rose

Raoul
07/10/2010, 10h55
Après avoir lu ce texte (*) et l'avoir compris, dès que le goût de jouer s'est pointé, j'ai rejoué avec $180.

J'ai commencé à jouer avec le goût de jouer. J'ai réussi à décrocher, à me désinvestir du jeu, à prendre du recul, après $60. À ce moment, je suis redevenu pleinement conscient que je jouais, en espérant gagner, à un jeu programmé pour qu'on y perde en moyenne $100/hre. Je suis devenu pleinement conscient de ce que je faisais réellement. J'ai volontairement joué jusqu'à ce que je perde $160. L'expérience fut pénible jusqu'à la fin.

J'ai trouvé cela très pénible. J'étais très tendu. Je ressentais des douleurs au thorax. J'ai trouvé ça horriblement déplaisant. Ce fut une délivrance de quitter ce jeu. J'espère ne jamais y rejouer.

C'est une rechute et une tentative de désensibilisation. En moins de deux heures, j'ai appris qu'il pouvait être très, très déplaisant, de jouer à la loterie vidéo.

Une telle expérience peut être très éprouvante. Vaut mieux en parler avec votre psy et/ou votre médecin avant de la tenter. J'ai trouvé ça très pénible. J'ai un léger problème cardiaque.

(*) http://cqfd.teluq.uquebec.ca/distances/D5_1_g.pdf

Bon 24 !
Raoul
ps. Je suis content d'avoir vécu cette expérience avant que Loto-Québec offre ses jeux en ligne. J'ai hâte de m'y interdire. :mad: