PDA

Voir la version complète : Ne faites pas la même erreur



Raoul
15/11/2011, 03h14
Je suis devenu un joueur excessif, un joueur compulsif et un joueur pathologique parce que je me suis tenu responsable des pertes que la Loterie Vidéo me causait.

Si j'avais tenu la Loterie Vidéo responsable des pertes qu'elle cause, je n'aurais pas joué longtemps à cette très dispendieuse loterie. La Loterie Vidéo me coûtait en moyenne environ $100.00 l'heure.

Empressez vous d'acquérir le réflexe de penser à l'avantage que se donne l'exploitant chaque fois que vous pensez à jouer. Vous jouerez moins souvent et peut-être plus du tout.

Raoul
21/11/2011, 08h23
L'erreur qui me scotchait à la machine lorsque je rejouais

Il m'était quelques fois arrivé de perdre quelques centaines de dollars et de récupérer ensuite mes pertes. J'ai par la suite évité de conclure que ma session serait perdante, tant qu'il me restait des sous pour jouer. Voilà l'erreur qui me scotchait à la machine lorsque je jouais.

Je ne me blâme plus d'avoir perdu. J'en blâme le jeu car il fait perdre.

Je ne prends plus le risque de rejouer car je ne suis pas certain que je saurais dans le feu de l'action éviter l'erreur qui me scotchait à la machine.

amitié,
Raoul

Raoul
02/12/2011, 09h28
J'ai changé ma perception de la loterie vidéo

J'ai changé ma perception de la loterie vidéo en cessant de me blâmer d'avoir perdu et en attribuant à cette dispendieuse loterie les pertes qu'elle cause. L'avantage que s'y donne l'exploitant me causait des pertes moyennes d'environ $100/hre.

En rendant à cette loterie ce qui lui appartient j'ai cessé de la trouver attirante. Des jeux qui font perdre ne m'intéressent pas.

Ce changement de perception a mis fin à mes obsessions de jouer.

Raoul
08/12/2011, 05h33
Amis, réveillez-vous !

Ne pensez jamais à ces jeux désavantageux sans penser à l'avantage que se donne l'exploitant.

C'est normal de perdre à un jeu qui offre une espérance de gain négative (un jeu qui désavantage le joueur). L'approche émotivo-rationnelle nous apprend que si un joueur se blâme d'avoir perdu, il se culpabilisera et perdra son estime de soi. Par contre, si le joueur attribue au jeu la cause de ses pertes, sa perception du jeu changera. Ce jeu cessera de l'attirer.

Une thérapie pour joueurs qui n'explique pas ça passe à côté du problème. Elle épargne l'attirance que le joueur ressent pour le jeu dont il est devenu accro !!!!!!

Rendez au jeu ce qui est au jeu : un jeu à espérance de gain négative est un jeu qui cause globalement et habituellement plus de pertes que de gains.

Raoul
20/12/2011, 07h01
Cela m'a guéri du jeu compulsif

J'ai cessé de me blâmer d'avoir perdu et j'ai attribué au jeu la cause de mes pertes. Je n'ai plus du tout le goût de rejouer et je ne joue plus. Je trouve que je paie déjà assez d'impôts.

Raoul

Raoul
28/12/2011, 03h15
Pitié pour les joueurs de loterie vidéo

Ayant réalisé qu'ils perdaient déraisonnablement sur ces appareils, et conscients que c'est eux qui misaient, ils se sont blâmés d'avoir autant perdu. Sans même s'en rendre compte, ils ont chaussé les souliers d'une victime d'un pervers narcissique. Ils se sont tenus responsables du tort que cette loterie leur faisait.

Ce jeu dispendieux devenait ainsi pour eux un bon jeu qui répare parfois le tort qu'ils se font. C'est ce qui les a gratifiés des fortes pulsions qui les poussent à rejouer. C'est ce malheureux clivage qui a fait d'eux des joueurs compulsifs et pathologiques. Ce clivage du jeu est la cause de la psychose du jeu : la ludopathie.

Cette ludopathie peut être guérie. Le joueur doit cesser de se blâmer d'avoir perdu et reconnaître que la loterie vidéo, par l'avantage que se donne l'exploitant, cause de lourdes pertes.

Il faut rendre au jeu ce qui est au jeu pour le percevoir correctement.

Raoul
06/01/2012, 02h55
Je n'ai pas joué

Hier soir mon coeur me poussait vers le jeu, mais ma raison me disait de ne pas jouer. Je n'ai pas suivi mon coeur ; j'ai suivi la petite voix de ma raison et je suis allé à un meeting.

L'éphémère sentiment d'irresponsabilité qu'offre un jeu de hasard s'accommode trop facilement de l'appauvrissement réel du joueur. C'est un accomodement déraisonnable.

Raoul
30/01/2012, 02h12
Si vous désirez vraiment cesser de jouer

Ne prévoyez pas d'argent pour le jeu et utilisez des garde-fou. Choisissez judicieusement une conséquence négative certaine que vous vous imposerez si vous utilisez pour le jeu de l'argent destiné à un autre usage.

C'est ce que j'ai fait pour ma carte ce crédit. Cette carte m'est très utile. Je me suis engagé auprès de mon épouse à fonctionner sans cette carte si je m'en servais une seule fois pour jouer. J'ai cette carte depuis quelques années et je ne l'ai jamais utilisée pour obtenir de l'argent pour le jeu.

Une conséquence négative certaine est plus efficace qu'une conséquence négative incertaine. Une conséquence négative incertaine n'a pas le même pouvoir dissuasif qu'une conséquence négative certaine. C'est facile de ne pas tenir compte de conséquences négatives incertaines. Beaucoup de gens continuent de fumer. Par contre, moins de conducteurs brûlent un feu rouge lorsqu'ils voient la voiture d'un policier.

Raoul
02/02/2012, 08h09
Je gardais ça simple !

Je commençais à jouer en espérant un peu gagner
Lorsque je gagnais, j'espérais gagner davantage
Lorsque je perdais, j'espérais perdre moins

Dans ce petit monde plein de folles espérances, l'argent ne sert qu'à jouer
Ce jeu m'a presque ruiné... un pari à la fois

Maudite loterie vidéo ! La vraie vie n'est pas si simple.

Fausser les perceptions, c'est fausser la conscience...

Quoi qu'on nous dise, ne prenons plus des vessies pour des lanternes, ni des systèmes d'appauvrissement pour des jeux.

Raoul
10/02/2012, 04h01
Mes six mois d'abstinence me donnent le recul dont j'avais besoin pour constater que plus de 90% de mes désappointements et de mes frustrations étaient causés par le jeu.

Raoul
24/02/2012, 07h29
Je ne prévois plus d'argent pour le jeu. J'ai choisi judicieusement des conséquences négatives si j'utilisais pour le jeu de l'argent prévu à d'autres usages.

Une conséquence négative certaine est plus efficace qu'une conséquence négative incertaine. Une conséquence négative incertaine n'a pas le même pouvoir dissuasif qu'une conséquence négative certaine. C'est facile de ne pas tenir compte d'une conséquence négative incertaine. Beaucoup de gens continuent de fumer. Moins de conducteurs brûlent un feu rouge lorsqu'ils voient la voiture d'un policier.

L'autodiscipline fonctionne encore sur moi, malgré ma longue dépendance.

Raoul
01/03/2012, 06h45
Rendez au jeu ce qui est au jeu

L'ouvrier qui travaille avec de l'amiante n'est pas responsable que l'amiante soit cancérigène.

Le joueur n'est pas responsable des conséquences du jeu, incluant la maladie du jeu. Il est responsable d'avoir joué et les conséquences du jeu ne l'auraient pas affecté s'il n'avait pas joué. La plupart des conséquences perverses du jeu surviennent après que le joueur soit atteint de la maladie du jeu.

"À ceux qui pourraient encore douter du risque addictif inhérent à la pratique
des jeux d’argent, l’expertise collective apporte une réponse peu discutable."
(Inserm, Jeux de hasard et d'argent, Contextes et addictions, Expertise collective, p. IX)

Raoul
03/03/2012, 08h24
Un manque d'espérance ?

Les Québécois sont-ils en manque d'espérance ? Pourquoi gaspillent-ils autant dans des jeux qui les désavantagent ?

L'état d'espérance peut être ressenti comme un besoin. L'état d'espérance peut être vivement ressenti dans le jeu. L'espérance de gagner augmente avec les pertes.

Peut-on devenir accro au ressenti intense de l'espérance ?

C'est le manque qui rend accro. Ce n'est pas la satiété. Les concepteurs de la loterie vidéo l'ont compris. 69% des revenus de la loterie vidéo provient de joueurs qui ont un problème de jeu.

Dans ma pire obsession de jouer, je n'aurais pas joué sur un appareil qui aurait indiqué que les gains ne sont pas payés. Je pouvais accepter de perdre, mais je ne pouvais pas accepter de ne pas espérer intensément, de ne plus ressentir cet état d'espérance.

"... L'idée de l'avenir, grosse d'une infinité de possibles, est donc plus féconde que l'avenir lui-même, et c'est pourquoi l'on trouve plus de charme à l'espérance qu'à la possession, au rêve qu'à la réalité."
(Henri Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience (1888))