PDA

Voir la version complète : Sobre depuis 6 jours



nanou
30/07/2017, 21h00
Bonjour,
Je suis nouvelle sur ce forum. J'ai 69 ans.
Depuis quelques années ma consommation d'alcool a augmenté de sorte que j'en suis venue à boire une bouteille de vin par jour autour de l'heure du souper. La conséquence c'est que maintenant je me retrouve avec des problèmes de santé: mauvaise digestion, insomnie, diminution d'équilibre, pertes de mémoires, ...
Mardi dernier j'ai commencé à éprouver du dégoût à l'idée de boire du vin de cette façon. Je bois trop vite et ne prends pas le temps d'apprécier.
J'ai fait des recherches sur internet et j'ai trouvé ce forum.
En lisant vos messages et après réflexion, j'ai pris conscience de mon problème: je suis alcoolique. J'en suis pour l'instant consciente mais je ne pense pas l'avoir accepté encore. J'en ai parlé à personne à date. J'ai peur d'être jugée et rejetée.
C'est sûr que mon entourage se rend compte que je consomme beaucoup. Mais personne ne m'en a parlé.
Mardi dernier je n'ai pas bu. Même chose à chaque jour depuis.
En fait, depuis mardi, je n'ai pas le goût de boire du vin ni rien d'autre.
Jusqu'à présent ça se passe assez bien. Je pense souvent à ce que je lis sur ce forum.
Ça me rappelle que je suis vulnérable et que je ne dois pas oublier qu'un seul verre pourrait me ramener à mes habitudes.
Je vis seule mais la fin de semaine mon ami de coeur est présent chez moi. Il continue à boire du vin durant le repas du soir mais je ne l'accompagne plus. Même en le voyant boire je n'ai pas le goût d'en prendre et je dis non quand il m'en offre.
Voilà où j'en suis pour l'instant.
Merci de partager vos expériences. Ça m'aide à me sentir moins coupable et moins seule avec mon problème.
Nanou

moderato
31/07/2017, 17h17
C'est super que tu n'aies plus le goût de boire, c'est arrivé comment?

nanou
31/07/2017, 21h36
Je ne sais pas trop.
Je pense qu'il y a eu un élément déclencheur.
C'est quelque chose que j'ai lu sur les méfaits de l'alcool.
Cette fois ça m'a donné une poussée dans le dos.
En plus depuis mardi dernier je me sens un peu nauséeuse et j'ai la langue irritée par le vin.
J'ai aussi du mal à trouver quelque chose que j'ai le goût de manger.
Depuis que j'ai cessé de consommer, je me sens plus fatiguée, je manque d'énergie.
Je ne veux pas cesser mes activités qui me font du bien.
Mais j'essaie de trouver du temps pour me reposer.
J'ai oublié de mentionner que je prends du Citalopram depuis quelques années.
Je sais que l'alcool est à éviter avec cet anti-dépresseur.
Est-ce que le goût de boire va revenir?
Nanou

moderato
31/07/2017, 23h08
Allo,
Je crois qu'il faut laisser le temps faire son oeuvre. Pourquoi ne pas en parler au médecin qui prescrit le Citalopram? Qu'est-ce que disent tes proches, ils sont contents que tu aies arrêté ou pas?

nanou
01/08/2017, 18h27
Allo
Je n’ai pas eu l’occasion de voir les gens de mon entourage qui ont certainement remarqué que je buvais trop et trop vite. J’imagine qu’ils seraient contents de savoir que je suis actuellement sobre depuis 8 jours.
Aujourd’hui j’ai demandé à mon compagnon comment il prenait ça le fait que je n’ai pas bu de vin avec lui aux soupers de la fin de semaine. Je n’ai pas abordé le sujet de la dépendance à l’alcool.
Il m’a dit que cela ne lui causait pas de problème et qu’il comprenait que j’avais des problèmes de santé.
Est-ce que je vais consulter mon médecin de famille au sujet du sevrage? Je ne me sens pas encore prête à l’informer de mon problème. Peut-être que je serais plus sûre de moi si ça faisait quelques mois.
Je suis consciente de mon problème. J’y pense beaucoup.
Merci.
Nanou

moderato
02/08/2017, 06h43
C'est donc possible d'arrêter? Plusieurs parlent de rechute. Est-ce difficile de rester abstinent? Quant au médecin, il va certainement s'en rendre compte sans que tu lui en parle.

nanou
02/08/2017, 07h40
Je ne pense pas être à l'abri des rechutes. Pour l'instant je suis vigilante et j'espère le rester. J'ai eu une mère alcoolique. Elle a beaucoup souffert.
Je n'en suis qu'au début du sevrage. J'ai encore un long chemin à parcourir.
Je suis vulnérable.
Nanou

moderato
04/08/2017, 08h03
Bonjour,

Comment vas-tu?

nanou
04/08/2017, 20h23
Bonsoir,
Merci de t’informer.
Côté sobriété, jusqu’à présent je tiens le coup.
Ça m’a fait drôle à midi, après avoir fait du sport dehors avec des amis, de ne pas boire une bonne bière bien froide au dîner. Ça semble pourtant si inoffensif.
Et au souper, pas de vin avec mon compagnon.
C’est tout un changement dans les habitudes ça!

moderato
05/08/2017, 09h10
Eh bien ! on dirait que la période de déprime est passée, je relis ton premier message, ça drôlement changé. Je suis content pour toi. Et les autres ont pas l'air de te poser trop de question par rapport à ça. Parfois ça met de la pression.
Bon week-end!

nanou
07/08/2017, 17h25
Bonjour,

Oui j’ai l’air forte comme ça mais je me sens quand même fragile.
J’ai toujours été comme ça, déroutante, ne me laissant pas aller à exprimer mon inquiétude, ma tristesse et ma douleur.
Il n’y a que sur ce forum anonyme que j’y arrive. J'ai plus de facilité à écrire qu'à parler.

Je sais qu’il est important de vivre ça un jour à la fois.
Mais je ne peux m’empêcher de me poser des questions.

Est-ce que j’arriverai à faire le deuil de l’alcool?

Est-ce que je vais nécessairement faire une rechute et vivre une descente aux enfers?

Est-ce que s’il m’arrivait un grand malheur, je suis assez solide pour ne pas retomber dans mes mauvaises habitudes?


Les avantages «à date» pour moi de ne pas prendre de l’alcool:

la liberté de ne pas avoir à m’assurer qu’il y aura du vin, de ne pas avoir à acheter du vin, de ne pas avoir à transporter le vin, de ne pas avoir à disposer des bouteilles avec fracas dans le bac de recyclage

l’économie financière qui me permettra d’utiliser cet argent de meilleure façon, pour me faire plaisir, pour me payer des soins de santé, pour aider les autres, ...

un meilleur appétit

diminution de la transpiration lors de la pratique de sport

le goût de vivre de bons moments et d’en profiter pleinement

le goût de tenter de m’impliquer davantage dans ma relation avec les gens

la possibilité de sortir le soir parce qu’à jeun je peux conduire ma voiture


J'ai des hauts et des bas. Je dois me limiter dans mes activités pour ne pas trop me fatiguer. Je suis obligée de me reposer plus souvent sinon je deviens impatiente.

Sobre depuis 14 jours maintenant :cool:

moderato
08/08/2017, 07h39
C'est certainement ce qu'il a de plus, le fait de se poser des questions. J'imagine bien que cette nouvelle façon de vivre apporte avec elle son lot de questions. Il est normal d'être anxieux. Tout problème de santé est inquiétant. Mais à la lecture de ton post, je ne vois que des résultats positifs comme conséquence de l'arrêt de la consommation. Finalement, j'imagine que cet état exige, dans les premiers mois, beaucoup de repos. En fin de compte les résultats p1ositifs semblent plus importants que le négatif. C'est un plaisir de te lire. Bonne journée

moderato
12/08/2017, 11h59
Bonjour,
Comment vas-tu?

nanou
12/08/2017, 23h01
Bonsoir,

Merci de t'informer.

Eh bien, après 19 jours sans alcool, je me porte plutôt bien.
Je trouve ça difficile parfois de ne pas boire de vin alors qu'il y en a sur la table, surtout quand je cuisine avec mon compagnon la fin de semaine.
Je dois constamment me rappeler que, si j'en bois, je vais retomber dans mes mauvaises habitudes et, par conséquent, me retrouver aux prises avec des problèmes de santé de plus en plus graves.
Pour m'hydrater et pour remplacer le vin au repas du soir, je me fais du thé vert décaf glacé. C'est un breuvage que j'aime bien en été.

Oui, l'alcoolisme est une maladie. Une maladie de dépendance qui demande des efforts au quotidien. Une maladie dont je ne guérirai jamais.

J'ai de la chance d'avoir ce forum pour m'exprimer. Ça m'aide beaucoup.

moderato
13/08/2017, 07h11
Eh bien dis donc ça l'air d'aller beaucoup mieux! Ta vie est changée du tout au tout. Je suis content de te lire et de suivre l'évolution suite à ta décision d'arrêter l'alcool. Ça prouve que c'est possible. Merci et bonne journée!

moderato
21/08/2017, 07h45
Allo,
Quoi de neuf? Comment vas-tu?

nanou
22/08/2017, 13h19
Bonjour,

J’ai atteint hier ma 28 ième journée sans alcool.
Je suis contente de cela, mais ça n’est pas facile pour autant.
Ce soir j’ai un souper avec des gens de ma famille.
Je vais devoir répondre aux questions, expliquer mon abstinence.
Ça ne me tente pas d’entrer dans les détails de ma démarche, de parler de dépendance.
Je ne me sens pas prête à porter l’étiquette d’alcoolique tellement associée à l’instabilité, à un problème de comportement, …
J’imagine que c’est parce que je n’accepte pas encore d’être une alcoolique.

moderato
23/08/2017, 06h52
Bonjour,
Comment s'est passé ton souper?
Ta nouvelle façon de vivre doit t'apporter beaucoup de réconfort. Quant aux autres, on s'en fout, l'important c'est que toi tu sois bien. Pour ce qui et de l'étiquette, ça semble permettre aux professionnels de la santé, de faire un diagnostic, et de rentrer ça dans dans une petite case..., de catégoriser. Y a beaucoup de monde qui ne consomme pas et qui sont instables. Si t'as consommé plusieurs années, j'imagine que ça peut prendre un certain temps à s'adapter à un tel changement. Merci de nous raconter ton cheminement.

nanou
23/08/2017, 16h59
Bonjour.

J'ai commencé à boire du vin de façon régulière il y a environ 10 ans.
La période difficile c'est la fin de l'après-midi alors que je me retrouve seule, que je ressens la fatigue de la journée et que je sens le besoin de me relaxer. Je suis une personne active et je me donne beaucoup dans tout ce que je fais. Je suis plutôt réservée alors je ne saisis pas les occasions de m'exprimer sur ce que je vis. Dans un groupe, je ne suis pas celle qui prend le plus de place.

Avec le temps ma consommation d'alcool a augmenté et je me suis retrouvée avec des problèmes de santé. C'est là que la lumière rouge s'est allumée et que j'ai enfin décidé d'arrêter de boire. J'ai pris conscience de mon problème et j'admets maintenant que je suis une alcoolique. Tout comme ma mère l'était et l'admettait.

Jusqu'à présent, ce forum anonyme est le seul endroit où je suis à l'aise d'écrire sur ce qui m'arrive.
J'en suis à ma trentième journée de sobriété et le goût de boire n'est pas revenu, même quand je suis en présence de personnes qui boivent du vin, même s'il y en a chez moi et même quand mon compagnon ouvre une bouteille la fin de semaine et la dépose sur la table.

Je suis assez fière de moi. Et, comme tu me le fais remarquer moderato, je peux cesser de me soucier de ce que les autres pensent et me contenter d'être bien dans ce que je fais. Les gens de mon entourage voient bien que je ne bois plus de vin ni rien d'autre. Ils sont libres d'en comprendre ce qu'ils veulent. Je m'en fous. :cool:

Hier j'avais un souper de famille. Les autres se servaient du vin alors que moi j'ai tout de suite indiqué que je n'en prendrais pas. Il a simplement fallu que je tourne mon verre à l'envers et que je précise que je n'en avais pas le goût. Ma crainte d'être jugée s'est estompée. Le souper a été très agréable. J'ai bien profité de la présence des autres et j'ai été capable d'apprécier le bon moment. Je me sentais épanouie.

C'est un grand changement. Maintenant je bois du thé glacé décaf et, de temps en temps, un bon vrai café. Là je ne risque pas l'overdose, du moins je l'espère... :rolleyes:

Merci de me lire et de m'encourager.

moderato
26/08/2017, 12h56
Alors, comment se passe ta fin de semaine ? Ta santé s'améliore? Bon samedi !

moderato
28/08/2017, 13h12
Allo,

En effet, tout un revirement de situation. Tu ne t'attendais pas à ça. Tant mieux, vous allez faire équipe. Je suis terre à terre : côté financier, ça doit aussi paraitre sur le budget, ça coûte quand même cher l'alcool.

J'ai lu quelque part que ça prend environ 9 mois avant que le système se replace...
Imagine dans 2 mois, tu va s être Top shape!

Bonne journée !

nanou
30/08/2017, 21h48
Bonsoir.

Il y a à peine 2 mois, j'essayais de m'imaginer en train de vivre sans alcool.
Jamais je n'ai pensé que j'en serais capable.
Même si je réalisais que j'étais en train de détruire ma santé.
Même si ça me causait régulièrement des désagréments.
Même si je voyais bien que ça n'avait plus de sens.

Que s'est-il passé?
J'ai du avoir un méchant ras-le-bol pour me décider.
Un dégoût subit du vin.
Une envie de faire un grand changement.
Le goût de vivre au quotidien sans alcool.
Juste le goût de vivre.

L'homme de ma vie a décidé, lui, de ne plus boire de vin au souper, ni chez moi, ni chez lui.
Il ne s'agit pas du même genre de démarche.
Il peut boire une bière en après-midi et en rester là.
Il a la chance d'être capable d'arrêter après un premier verre.
Je préfère cela ainsi.
Je ne voudrais pas vivre un sevrage en même temps que lui en vit un.
Je préfère ne pas faire équipe.
Je préfère n'avoir qu'à assumer ma propre décision.
D'autant plus que ça ne me dérange pas qu'il boive une bière chez moi en après-midi.
Je ne veux en aucun cas l'en empêcher.

Ça prend environ 9 mois avant que le système se replace?
C'est une excellente nouvelle, pleine d'espoir.

J'ai de bonnes périodes mais j'en ai aussi de moins bonnes.
Je rentre chez moi en fin d'après-midi et je me rappelle mes anciennes habitudes.
Tout comme cet après-midi alors que j'y ai pensé.
Aujourd'hui j'ai opté pour une 37ième journée sans alcool.

Le goût de vivre.

moderato
01/09/2017, 07h57
Ça me fait du bien de te lire.
Ça me questionne : Au fond, ça dure combien de temps, un flash, ou une obsession, on dirait que tout dépend de l'importance qu'on y attache.
Bonne journée!

nanou
01/09/2017, 22h39
Tant mieux, alors on est deux. Parce que ça me fait du bien d'écrire.
Et puis, quand je suis dans une moins bonne période, je me relis, et ça m'aide à ne pas oublier.

Quand je buvais, j'étais déprimée et je me laissais aller en me disant que la vie ne m'apportait rien de bon.
Et puis il y a eu ce mardi 25 juillet où j'ai senti que physiquement ça n'allait plus. J'avais atteint ma limite. J'étais malade. Je ressentais du dégoût et ça m'a obligée à faire une pause. Les premières journées ont été très difficiles.
Ce n'est qu'avec le temps, la réflexion, la prise de conscience, la présence sur ce forum, l'écriture, l'aide que tu m'apportes, que j'ai commencé à apprécier le changement dans ma vie.

C'est comme ça que je vois les choses, maintenant, avec du recul.

moderato
02/09/2017, 10h03
Y a quelque chose de paradoxal : prendre de l'alcool pour aller mieux quand on est déprimé alors que c'est un dépresseurs et qu'à la longue ça rend encore plus déprimé.
Bonne journée!

nanou
02/09/2017, 21h40
Tout à fait.

nanou
05/09/2017, 21h03
Bonsoir

Aujourd'hui, j'ai été victime de tentative de vol à mon domicile pendant mon absence.
La serrure a été endommagée mais rien n'a été pris. Probablement que les malfaiteurs ont été dérangés.

Ça m'a beaucoup stressée. Ça m'a mis en colère. Je me suis sentie menacée dans mon intimité, impuissante et vulnérable.

Avec de l'aide, j'ai réussi à gérer la situation de sorte que tout est rentré dans l'ordre.

Mais, comme j'étais bouleversée, la tentation a été grande de me servir un verre de vin pour me calmer.

J'ai résisté.

Ouf!

moderato
06/09/2017, 17h50
Allo,
C'est vrai que ça doit être stressant, mais tu t'en es bien sorti sans drame!
Je me mets à ta place, je n'aimerais pas beaucoup ce feeling...
Bonne soirée !

moderato
11/09/2017, 07h59
Bonjour, on a plus de nouvelles de toi. Comment s'est passé ton week-end?

nanou
11/09/2017, 21h20
Bonsoir et merci de t'informer.

C'est sûr que ce qu'il s'est passé mardi dernier m'a laissée avec une peur.
On a eu beau changer la serrure et s'assurer que tout était bien solide, cette peur est encore présente à chaque fois que je reviens seule chez moi.

Côté sobriété, ça va bien. La vie reprend peu à peu son cours normal. Je vis bien sans alcool.
Jusqu'à présent j'intègre bien le changement. Je suis plus calme par rapport à ça.

J'y pense encore bien sûr. Je me revois avec mon problème de consommation à chaque fin d'après-midi.
Non seulement je brûlais ma santé mais j'y laissais mes énergies.
J'ai maintenant plus de temps et j'occupe mieux mes fins de journées.

Je continue à compter mes journées sans alcool. Je suis rendue à 49 aujourd'hui.
Le temps passe vite et le goût de boire n'est pas revenu.

Bonne fin de soirée

moderato
13/09/2017, 07h07
La vie change. Même avec un stress, t'as pas consommé. Quand je te lis, je ne peux m'empêcher de me demander combien de temps ça prend quand on consomme?
Bonne journée!

nanou
13/09/2017, 08h25
Bonjour
J'aimerais savoir ce que tu veux dire par là: "... combien de temps ça prend quand on consomme ? "

moderato
13/09/2017, 19h01
C'est vrai que c'est pas clair. Je veux dire que lorsque quelqu'un consomme, ça occupe beaucoup de temps : Le temps passé à consommer, le temps passé à aller en acheter, le temps travaillé pour gagner de l'argent pour pouvoir en acheter, le temps passé à se remettre d'avoir trop consommé, le temps passé à se dire qu'on n'en prendra pas, pis le temps passé à se dire, que tant pis on va en prendre quand même, le temps passé à s'obstiner avec les autre, à se se justifier, etc. C'est ce que je voulais dire.

nanou
14/09/2017, 15h48
Je comprends.
Oui tout à fait. Arrêter de consommer ça libère beaucoup de temps.
Et du temps, on n'en a jamais trop.
Bonne fin de journée

moderato
18/09/2017, 07h19
Allo,
On a n'a plus de nouvelles de toi, comment vas-tu?

nanou
18/09/2017, 17h16
Ça va. Pour l'instant j'arrive à rester sobre.
Physiquement, je n'ai pas le goût de boire de l'alcool.
Mentalement, ça m'arrive d'y penser même si j'ai changé mes habitudes.
Et récemment, j'ai commencé à rêver la nuit que je suis en train de boire du vin.
Oh la la! C'est encore présent dans mon subconscient j'imagine.

moderato
21/09/2017, 16h55
J'ai lu quelque part, j'ai été étonné, que si on ne rêvait pas, on ne pourrait pas dormir. Donc le rêve nous permet une forme de libération des préoccupations quotidiennes.

nanou
22/09/2017, 20h19
Bonsoir,
Ta réponse est intéressante et rassurante.
Merci.

moderato
02/10/2017, 06h42
Bonne semaine!

nanou
02/10/2017, 10h01
Merci, c'est gentil.
Bonne semaine à toi aussi!

Sobre101
07/10/2017, 14h28
Bravo Nanou, tu as une très grande volonté ! Je te félicite.
J'ai hâte de vivre ce feeling de fierté et d'avoir la volonté de persévérer.

nanou
07/10/2017, 20h39
Merci. Mais je dois avouer que j'ai la tête dure.
Faut pas lâcher, ça vaut tellement la peine.
Bon courage!

nanou
16/10/2017, 20h38
C'est difficile de ne pas y penser.
L'odeur du vin est présent.
Il y a des bouteilles, il y a des verres, il y a des gens qui boivent.
Dans les réunions amicales et familiales, à l'épicerie, au resto, à la télé.

Je me sens à part, dans mon univers sans alcool.
Ça reste dans la tête longtemps.

84 jours sans alcool
Ça vaut la peine de résister.

Sobre101
22/10/2017, 10h11
Tu es forte Nanou...
Moi je suis retombée au jour 1.. Je n'arrive pas à faire 2 jours en ligne.
Je me suis faite un plan sur excel,,, alimentation, entrainement.. J'espère que ca fonctionnera cette fois ci

Tu as beaucoup de volonté !!
Dommage que ce forum ne soit pas utilisé et que les modérateurs n'interviennent pas.
J'aurais aimé avoir du soutien et peut être une partenaire qui débuterait avec moi pour que l'on puisse se stimuler mutuellement

nanou
22/10/2017, 20h45
Bonsoir sobre101

Je ne pense pas être plus forte que quelqu'un d'autre.

Par contre, à un moment donné, j'ai beaucoup souffert des conséquences de mon abus d'alcool au point d'éprouver un profond dégoût.

Ça m'a fait réaliser que j'avais le choix entre continuer de boire et voir ma santé physique et mentale se détériorer davantage ou bien arrêter de boire et me donner le temps de voir si ça améliorait mon sort.

Je peux dire aujourd'hui que je me porte beaucoup mieux à tout point de vue.
J'ai plus confiance en moi. J'apprécie davantage tous les bons moments que la vie m'apporte.
Je me sens libérée d'un grave problème.

Je mise beaucoup sur ces avantages pour me motiver à persister. À chaque jour je refais le choix.
Maintenant je sais que c'est le bon choix. Ça facilite les choses parce que les occasions de rechuter sont présentes au quotidien. Boire du vin ou de la bière, ça fait partie des coutumes courantes. Et à chaque fois que je me sens stressée ou fatiguée, l'idée m'effleure l'esprit qu'un verre de vin m'aiderait à me détendre. Comme je ne suis pas capable de m'arrêter après un verre, je dois écarter cette solution. À chaque jour je dois m'en rappeler.

Je suis bien entourée et j'ai des activités agréables. Mais je vis ma démarche seule. Il n'y a personne dans mon entourage avec qui je suis à l'aise de m'exprimer sur ce sujet comme je le fais sur ce forum.

J'aimerais bien pouvoir t'aider. Je me questionne comme toi au sujet du silence des modérateurs depuis une vingtaine de jours. Il semble y avoir un problème de ressources disponibles.

Je te remercie pour ton message. Ça m'a amenée à écrire sur ce que je vis et ça me fait du bien.

moderato
24/10/2017, 15h17
Bonjour,
Je n'ai pas cessé de suivre vos discussions. C'est réconfortant de vous lire et de voir l'entraide que ce forum peut vous apporter. Mon rôle est de ne pas trop m'immiscer dans vos conversations que je trouve très intéressante. Je continue de vous lire.